Association de lalogoRégie Théâtrale  

2

Les Années cinéma

Au cours des années 46 à 50, l'auteur qui signera le scénario du Visiteur, de Prélude à la gloire et, en collaboration avec Jean Anouilh dont il deviendra l'ami, Monsieur Vincent et Pattes blanches. Tous ces films rencontreront de grands succès. En qualité de dialoguiste, il collaborera à plus de cinquante films, dont Michel Strogoff  et Caroline chérie, le triomphe avec Martine Carol. 

Retour au Théâtre

Une grande comédie satirique éclate le 10 décembre 1950 sur la scène du théâtre Montparnasse. C'est Le Complexe de Philémon, pamphlet décoché contre la psychanalyse et interprété par Suzanne Flon et Henri Guisol 1 : « C’est une soirée où l’on rit, et c’est si bon de rire » s’exclamera,en sortant du théâtre, Elsa Triolet. Ce succès connaîtra plus de six cents représentations.

Le Complexe de Philémon
Programme original du Complexe de Philémon
Collections A.R.T.

voir l'intégralité du programme

Fort de sa réussite, Jean Bernard-Luc embrasse dorénavant tous les genres, du drame bourgeois à la comédie de caractère, de la tragédie intime à la comédie satirique, de la fantaisie légère au vaudeville, la plupart du temps, il puise son inspiration dans les sujets contemporains. Cette critique ironique et comique de certains travers de ses semblables marquera irrémédiablement Jean Bernard-Luc et sera appréciée par tous. « Un jeune homme qui aime le théâtre, un écrivain qui est un observateur attentif de son époque, un garçon à l'allure sportive qui possède le sens de l'humour, qui ne craint ni la fantaisie ni l'aventure ». 2

« Jean Bernard-Luc, qui estime qu'il n'est point de meilleurs moralistes que ceux qui raillent les mœurs en s'en amusant, décide de porter à la scène les ridicules de notre époque ». 3

Avec La Feuille de Vigne il s'en prend cette fois au fameux rapport Kinsey concernant la sexualité du couple. La pièce, mise en scène par Pierre Dux et interprétée par Jacques Dumesnil et Suzanne Dehelly, est créée au théâtre de la Madeleine le 25 mars 1952. Il s’agit d’ un gentilhomme gascon excessif et de bonne foi qui se trouve aux prises avec les nouvelles théories d'orientation sexuelle. Le sujet était dangereux à traiter car, à vouloir braver ce ridicule en en brocardant le charabia, on pouvait facilement tomber dans une certaine vulgarité. Ce qui, d'après certains critiques, n'a pas manqué. C'est pourquoi la critique a été mitigée, mais pas le succès qui a été assez vif, avec neuf mois de représentations.

La Feuille de vigne de Jean Bernard-Luc
La Feuille de vigne
Autour de l'auteur, on reconnait Suzanne Dehelly, Jacques Dumesnil et Robert Vattier
in Paris Théâtre n° 92

(photo DR)
Collections A.R.T.

La pièce suivante évoque l'aboulie, une maladie qui se traduit pour le patient, par une incapacité à choisir, à décider. C'est de quoi est atteinte Marguerite dans Carlos et Marguerite. Elle a épousé un camarade d'enfance et a divorcé au bout d'un an de mariage. Pendant les cinq années qui ont suivi, elle a été incapable de fixer son choix sur un homme. Poursuivie par certains auxquels elle avait donné beaucoup d'espoir, elle va chercher refuge chez son ancien mari, le priant de passer pour l'être encore. La pièce est créée au théâtre de la Madeleine le 1er octobre 1954 avec Gaby Sylvia et Jean-Pierre Aumont.

Carlos et Marguerite
Carlos et Marguerite
de gauche à droite : Claude Rich, Arlette Josselin, Christian-Gérard, le metteur en scène, Francine Galliard-Risler, la décoratrice, Gaby Sylvia, Jean-Pierre Aumont, Roland Sersen et sur le divan l'auteur
manquent Jeanne Fusier-Gir et Guy Tréjean
in Paris Théâtre n° 92

(photo DR)
Collections A.R.T.

Après l'adaptation d'un pièce américaine, La Lune est bleue qui connaîtra un joli succès, Jean Bernard-Luc produit, le 5 décembre 1955 Les Amants novices au théâtre Montparnasse, l'histoire d'une jalousie, maladie qui ronge un prince florentin, dont toutes les femmes ne tardent pas à le tromper. Jusqu'au jour où il épouse une petite française douce et pure qui n'a ni l'idée ni l'envie de le trahir. Mais la folie du prince va la pousser dans les bras de celui qui est chargé de veiller sur sa conduite. Réussite très relative.

les amants novices de jean bernard-luc
Les Amants novices de Jean Bernard-Luc, décor de Grançois Ganeau
Théâtre Montparnasse 1955

Collections A.R.T.

Mais un nouveau grand succès se profile à l'horizon dramatique de Jean Bernard-Luc : Hibernatus, qui reprend le thème de L'Homme à l'oreille cassée d'Edmond About. La pièce, mise en scène par Georges Vitaly et interprétée par Jean-Pierre Marielle et Jean Parédès, est créée le 26 janvier 1957 à l'Athénée. 4 La pièce deviendra un film avec Louis de Funès, qui sera accueilli avec bonheur. Mais Edmond About avait fait d'autres émules. Au cours des représentations d' Hibernatus, Jean-Pierre Aumont écrit à Jean Bernard-Luc une lettre ouverte très courtoise qui signale à son confrère sa pièce Ange le bienheureux traitant du même sujet. Il rappelle également que Michel Duran, de son côté, était responsable d'une comédie similaire. L'affaire n'eut pas de suite.

Georges Vitaly
Hibernatus
Georges Vitaly
in Programme original

(photo Studio Vallois)
Collections A.R.T.

voir l'intégralité du programme

Après Hibernatus Jean Bernard-Luc se consacre uniquement à l'écriture cinématographique: La Belle et l'empereur (Romy Schneider) Le Tracassin (Bourvil), Le Caïd  (Fernandel), Les Trois mousquetaires, etc…

Bref retour au théâtre en 1965 avec un vaudeville écrit en collaboration avec Jean-Pierre Conty : Quand épousez-vous ma Femme ? créé au Théâtre du Vaudeville, le 19 octobre 1964 avec Michel Serrault et Maria Pacôme. Gros succès comique. Un couple est en instance de divorce. Les deux conjoints ont déjà choisi le futur élu, ils se trouvent aux prises avec une tante farfelue qui avait été l'instigatrice du mariage et à laquelle il fait cacher pendant son séjour cet échec conjugal. Chassés-croisés, malentendus, quiproquos, portes qui claquent dans la plus pure tradition du vaudeville.

Quand épousez-vous ma femme ?
Quand épousez-vous ma femme ?
Michel Serrault et Jean-Pierre Darras
in Paris Théâtre n° 222

Collections A.R.T.

1 cf Analyse et critiques
2 Philippe Soupault – Le Monde Illustré – 21 juin 1947
3 Max Favalelli
4 cf. Analyse et critiques

Haut de page

retour suite
Table des matières

la mémoire du théâtre