Association de lalogoRégie Théâtrale  

3

Les années de purgatoire

Bientôt le nom de Jean Bernard-Luc disparaît des les affiches aux frontons des théâtres parisiens. Pourquoi ? La raison en est donnée, en partie, par Jean Anouilh  : « Quelque temps après la guerre, la vague de fond de la critique d'avant-garde qui surgit alors le submergera comme tant d'autres, et il eût de plus en plus de mal à faire jouer ses pièces, se heurtant au mur de béton des maisons de la culture, et en souffrit amèrement ». 1

Une maladie implacable aura raison de ce géant d’un mètre quatre vingt-dix. Atteint d’un cancer, Jean Bernard-Luc s'éteindra à Pontoise le 18 mai 1985, laissant une œuvre relativement peu nombreuse en quantité, mais qui n’aura connu aucun échec et restera le brillant reflet des ridicules d'une époque.

1 Jean Anouilh – Le Figaro – 23 mai 1985

Haut de page

retour suite
Table des matières

la mémoire du théâtre