Association de lalogoRégie Théâtrale  

2

La carrière

Les Succès

En ce qui concerne sa première pièce, Jacques Deval raconte : « Il arriva que mon père se brouilla avec son meilleur ami qui dirigeait une autre scène ».
Pour l’embêter, celui-ci accepta d’emblée ma première pièce Une Faible Femme qui fut montée dare-dare et ne marcha pas trop mal. Voilà comment je suis devenu auteur dramatique ». On peut se montrer sceptique devant cette explication, compte tenu de la qualité de la pièce qui allait brusquement catapulter Jacques Deval au firmament de l’art dramatique. Une autre source nous semble plus plausible, qui révèle que c’est à l’instigation du directeur du théâtre Femina, Richemond, ami d’Abel Deval, que la pièce fut écrite et représentée.

Une Faible Femme créée en mai 1920 au théâtre Femina 1 connaît immédiatement un succès foudroyant, la critique saluant unanimement un nouveau grand auteur. C’est alors le début d’une carrière particulièrement prolifique et généreuse, si foisonnante, si diverse, qu’elle se refuse à toute étiquette. Il s’est énormément dispersé, investissant toutes les voies. Avec un tempérament d’auteur tragique, il a, avec une habileté déconcertante, écrit des comédies au dialogue à mille facettes, où le mot ne cesse de fuser.

Le Onzième commandement de Jacques Deval
Le Onzième commandement - 1932
Collection A.R.T.

Peut-on imaginer que Prière pour les vivants, Mademoiselle, Le onzième Commandement, Tovaritch, L'Âge de Juliette, K.M.X. Labrador, Ce Soir à Samarcande soient du même auteur ? Ses pièces sont à la limite du comique et du tragique.

"l'âge de juliette"
 La Petite Illustration 1936
Collections A.R.T.

"KMX Labrador", Catherine Morin, Gérard Philipe et Claude Genia
K.M.X. Labrador
Catherine Morin,Gérard Philippe, et Claude Genia

(photo Roger-Viollet)

Après Une Faible Femme les succès se succèdent. On en trouvera la liste plus loin.

1 Ancien théâtre situé 90, Champs-Élysées, désaffecté en 1928 et dont l’immeuble fut démoli en 1951.

Haut de page

retour suite
Table des matières

la mémoire du théâtre